L’emmaillotage du nouveau-né

L’emmaillotage du nouveau-né revient au goût du jour et j’ai pu voir en ce moment circuler de nombreux articles sur ce thème, vantant notamment les mérites de nombreuses couvertures d’emmaillotage proposées dans le commerce.

Je souhaitais juste proposer mon observation concernant cette pratique avec un regard posé sur le développement sensori-moteur de l’enfant.

L’emmaillotage tel proposé par ces couvertures « magiques » ou expliqué dans divers articles consiste en l’enveloppement du bébé, limitant ses mouvements et apportant un effet sécurisant de contenance rappelant la vie intra utérine.

En effet, le tout nouveau-né aime l’enveloppement et la contenance, cela lui rappelle ce qu’il a vécu pendant ces précieux moins lovés dans le ventre de sa maman. Lorsqu’il était encore bien au chaud dans son petit nid douillet, le bébé était contenu et rassuré par le contact continu des parois utérines ou du liquide amniotique sur son corps entier. En position foetale, regroupée, en position enroulée, le dos en contact avec les parois, le bébé s’est développée de façon tout à fait sécurisée.

Il est alors naturel de vouloir recréer ces sensations à la naissance de bébé ; mais l’emmaillotage comme on le décrit trop souvent, ne recrée aucunement les conditions sécurisantes que bébé avait in utéro. Il est emmailloté les bras le long du corps, restreint dans ses mouvements, à plat. La position foetale, enroulée, regroupée, physiologique du nouveau-né n’est pas totalement respectée.

Le tout petit arrive au monde avec des compétences sensori-motrices, qui lui permettent de se regrouper, de se rassurer lui même, en mettant les mains au visage, les mains à la bouche, etc, et il me paraît dommage de ne pouvoir laisser à l’enfant accès à ses propres compétences de réassurance.

Un enfant aux besoins intenses répondra à l’enveloppement et il me paraît tout à fait adapté de lui proposé un enveloppement dans un lange, une couverture. Ce qui me paraît à l’inverse inadapté, c’est de positionner les bras de bébé le long du corps, puisque cela le restreint dans son principal mouvement de réassurance qu’est de mettre les mains au visage et à la bouche, permettant alors un soutien spontané et autonome également par la succion.

Ainsi, si vous souhaitez proposer à votre tout petit l’emmaillotage, laissez les bras disponibles, emmaillotez le reste du corps mais laissez les mains libres vers le visage.

Un autre point également que je souhaitais souligner, afin de récréer encore un peu plus de sens pour votre enfant, n’hésitez pas à enrouler légèrement le bassin de votre bébé, c’est rassurant d’une part et c’est la position physiologique du nouveau-né.

Ainsi, bébé bien enveloppé, avec les mains disponibles pour lui permettre de mettre en place ses propres compétences de réassurance, les jambes regroupées en flexion douce avec le bassin légèrement enroulé, sera vraiment mis en condition pour se sentir sécurisé ; nous nous rapprochons ainsi des sensations intra utérines qui sont ses repères.

Et nous participons également de cette façon à soutenir son développement sensori-moteur.

Je me permet de partager avec vous cette observation aujourd’hui étant donné que j’ai eu pratiqué l’emmaillotage quelques années en service de néonatalogie où nous avons été formés au tout début à la technique bébé serré avec les bras le long du corps et pour laquelle, au fur et à mesure de nos avancées et intérêt portés au développement du nouveau-né, nous avons constaté qu’elle n’était finalement pas adaptée aux besoins du tout petit.

Sur ce, je vous souhaite un bon cocooning avec votre tout petit !

Cynthia Desmoyers

EmmaillotageNouveauNe-Lyon.jpg